Unité Mixte de Recherche
Heuristique et Diagnostic
des Systèmes Complexes

                  







Rechercher

Sur ce site




Accueil du site > Séminaires > Séminaires 2010 > L’ontoterminologie : un nouveau paradigme pour la terminologie

ICI : Information, Connaissance, Interaction

Séminaires 2010


L’ontoterminologie : un nouveau paradigme pour la terminologie

Christophe Roche
Professeur au Listic, Université de Savoie
 
Mardi 18 mai 2010 de 14h à 16h, en salle A212
 
 
Résumé :
 
La terminologie connaît depuis plusieurs années un tournant linguistique important. On s’intéresse aujourd’hui davantage aux mots et à leur emploi qu’à connaître les choses dénotées : « être, c’est être dit et non plus être pensé ». Si effectivement l’approche wüstérienne et l’approche normative sont difficilement applicables stricto sensu et que la terminologie a tout intérêt à s’approprier le signifié, il n’en demeure pas moins que tous les mots n’ont pas le même statut et que la terminologie ne se réduit pas à une lexicographie de spécialité. La société numérique pose de nouveaux besoins, réclame une opérationnalisation des terminologies et réactualise le primat du concept pour de nombreuses applications – il suffit de penser aux problèmes que soulève l’ingénierie collaborative. Dans ce cadre, l’ontologie, au sens de l’ingénierie des connaissances, constitue une des voies les plus prometteuses pour la représentation computationnelle du système notionnel.
 
Cependant, une ontologie n’est pas une terminologie. Et le système notionnel, tout comme l’ontologie du domaine, ne peut être directement construit à partir de documents scientifiques et techniques : « la structure lexicale ne se superpose pas à la structure conceptuelle du monde ».
 
L’appellation ontoterminologie, terminologie dont le système notionnel est une ontologie formelle, traduit ce besoin de replacer le concept et sa dénomination au centre de la terminologie, tout en préservant sa dimension sociolinguistique par la prise en compte des termes d’usage à travers la langue de spécialité : « si une conceptualisation se dit bien en langue naturelle, elle se définit dans un langage formel selon des principes épistémologiques où l’ontologie au sens premier du terme occupe une place prépondérante ».